04 juillet 2009

A table !

L'avantage d'avoir fait trainer la publication de ce post est que vous êtes maintenant dans le même état que moi à ce stade du mariage : vous avez faim (à moins que vous ayez complètement décroché et supprimé ce blog mort de vos favoris). Je précise, pour ma défense, que j'ai dû télécharger un logiciel proxy pédophile pour pouvoir enfin poster des articles : depuis que nous avons célébré en silence les 30 ans de silence depuis juin 1989, le web a été réduit au silence et canalblog a rejoint avec blogspot et gmail les sites muets qui ne s'affichent plus.

Passons à table.

A table ? Pas encore !

L'arrivée au restaurant se fait en grandes pompes, les dragons humains sautillants se sont téléportés sur le parking pendant que l'on faisait des photos dans les prés, les pétards sont au rendez-vous, une foule d'inconnus nous attend. 400 invités au total, dont les mariés m'avouent ne connaitre "que 30% environ". Ce sont des voisins, amis d'amis, cousins de grandes tantes et piques assiettes en tous genres. Le restaurant se trouve dans l'hôtel dans lequel nous avons dormi. J'aurais pu me lever à 11h et être à l'heure à la cérémonie.

L'entrée de la mariée est censée avoir lieu à 11h38 pétantes. Il fallait un "8" pour faire du bonheur. La mariée se repomponne dans une chambre prêtée par l'hôtel, les maquilleuses de l'aube ont suivi et font quelques retouches. Les invités, eux, émargent dans un livre d'or avec des stylos surmontés de cœurs roses en plumes.

rose__margement

Comme la mariée est un peu à la bourre, on décide de reporter à 12h08 le début. Elle engouffre un bout de poulet pour tenir le coup, j'ai droit à un demi-ravioli avant d'aller me mettre en place pour le début. Le stress commence à monter : déjà que je ne tiens pas à l'alcool quand j'ai l'estomac plein, alors si je dois trinquer avec chaque table en état d'hypoglycémie avancé, ça va pas être beau.

La salle est organisée avec une scène sur laquelle sont placés les chaises pour la famille des mariés, une table pour les flûtes à champagne, un stock de bougies romantiques et de petits promontoires pour les fleurs. Dans le fond, sur le voilage rose, on peut lire les noms des mariés à coté d'une photo d'eux et en lettre roses : "mariage romantique".

rose_d_cor3

La scène et les bougies

rose_d_cor1

La pyramide de flûtes à champagne

rose_d_cor2

Les chaises des parents

J'ai été bien inspirée en choisissant une robe rose. J'avais déjà l'air d'un petit cochon, mais avec un décor pareil, je vais avoir l'air tout droit sortie d'un Walt Disney.

En face de la scène, on trouve 40 tables pour les invités garnies de fleurs, d'amuses-bouche, de bonbons et bien sûr, d'alcool. Plusieurs bouteilles d'alcool blanc de marques différentes et du vin à étiquette romantique qui se révèlera à peine buvable. Les plats qui suivront se révèleront également assez décevants d'après mon observateur personnel placé dans la salle. On peut apercevoir sur la photo les baguettes jetables en bois dans leur sachet plastique. 

rose_le_menu

La table

rose_le_vin

Le vin qu'on aurait préféré moins romantique mais meilleur au palais

Et puis, enfin, ça commence. Les témoins se placent dans l'allée, sur le passage de la mariée. Les gens murmurent que si la mariée a une témoin étrangère, c'est qu'elle-même ne doit sûrement pas être Chinoise. Certains disent Russe, d'autre Américaine. Je trouve effarant d'aller à un mariage en n'ayant aucune idée de qui épouse qui.

Nono fait son entrée au bras de son père, sur une musique de mariage. Arrivée à notre niveau, le marié, qui est venu à sa rencontre, s'agenouille devant elle avec le bouquet et la demande en mariage. Le papa lui donne la main de sa fille et ils partent tous les deux vers la scène. J'échange un regard entendu avec mon amoureux assis au premier rang : un truc aussi niais, chez nous, c'est un motif de divorce. On est d'accord.

rose_nono_et_papa

Tam tam tadam, tam tam tadam...

Cette petite mise en scène est un peu passée inaperçue puisque les invités ont commencé à attaquer les plats qui arrivaient à table. Entre manger et suivre le cours des événements, ils ont choisi, et la cérémonie commence dans un grand fracas de baguettes et de tintements de verres. Les invités parlent entre eux, décortiquent des poissons, engouffrent des cacahuètes et sont à des années lumières de s'intéresser à ce qui se passe sur scène. On peut le comprendre d'ailleurs, après tout, pour la plupart, ils ne savent pas qui sont les deux gugusses qui s'épousent.

Sur scène, on réunit les mariés, les témoins, les parents, le caméraman agaçant et une présentatrice mièvre, neu-neu et mielleuse en veste rose qui ne cessera de parler en soupirant langoureusement que pour laisser les mariés répondre à ses questions bêtes. J'en connais un qui l'aurait volontiers poussée de la scène. Sa seule qualité est d'avoir fait un effort vestimentaire, ce qui n'est vraiment pas le cas de tout le monde. J'ai l'air d'une star hollywoodienne échouée dans le Larzac.

rose_pr_sentatrice

  On stage

La cérémonie comprend ensuite (dans le désordre) : des remerciements des mariés (merci le Shandong, merci Pékin, merci les parents, merci les invités, merci les témoins, bla bla bla), des discours des parents, des interventions intempestives de la présentatrice pour dire des trucs cucus en soupirant, la lecture par le marié de la première lettre d'amour qu'il avait écrite à la mariée, un discours d'un tonton qui sort de je-ne-sais-où, la lecture par un pseudo-représentant officiel de l'acte de mariage, le recueillement ému des mariés devant des bougies en forme de cœur allumées par leurs soins, les discours des témoins, les pleurs de la maman, une émouvante offrande du bouquet de fleurs de la mariée à sa cousine, des échanges de vin rouge entre époux, puis entre les époux et les témoins, des cadeaux de thé aux parents, un cul-sec de champagne rose général, des prosternations par grappes de 3 devant les parents, les invités, les mariés entre eux, et pleins d'autres choses que je n'ai pas comprises.

rose_champagne

Le champagne rose, c'est plus romantique

rose_bougies

Ne cherchez pas la signification, il n'y en a pas

rose_verres

J'aurais préféré manger que boire

rose_salutations

Si t'as mal au dos, tu peux pas te marier

rose__motion

Brochette de cousines émues et larmoyantes

Le stress m'a empêchée de réciter par cœur le discours que, la veille, j'avais pourtant bachoté jusqu'à une heure avancée de la nuit. Au moment de parler, la présentatrice a annoncé mon intervention, non pas en disant qu'en tant que témoin, j'avais été obligée de préparer un truc (la vérité), mais en déclarant que la mariée, qui était prof de chinois, avait une élève qui avait très envie de dire quelques mots au public dans la langue qu'elle apprenait. Grosse vache, va.

On a ensuite marqué une pause, permettant à la mariée de changer de robe, à la présentatrice de reposer sa voix et aux témoins de faire pipi. La deuxième partie de la cérémonie a principalement consisté en des chansons interprétées par les mariés et leurs proches sur un accompagnement karaoké.

rose_chanson

Chansonnette

L'exercice suivant devait nous amener à faire le tour de toutes les tables pour trinquer. On a commencé par les tables disposées dans deux salles à part, relativement éloignées de la salle dans laquelle se déroulait la cérémonie, et dans laquelle se trouvaient les collègues de travail des papas des mariés. J'ai trouvé assez bizarre de venir de Pékin jusque dans le Shandong pour assister à un mariage en restant dans une salle à part entre collègues sans être présent au moment de la cérémonie. En plus du fait que je trouve bizarre d'inviter les collègues de son père à son mariage, mais c'est secondaire à ce stade. (Papa, tu es prévenu).

On me colle dans les mains des bouteilles de vin rouge, et l'autre témoin hérite de bouteilles d'alcool blanc. Au moment de servir les invités pour que la mariée trinque avec eux, le caméraman stupide propose l'idée de verser à deux dans le même verre les alcools différents.

Résultat, on verse en cœur dans des verres du vin rouge dégueu et de la baijiu que les invités ingurgitent en cul sec après avoir bruyamment trinqué. La mariée et sa maman (les parents suivent et boivent aussi) trempent délicatement leurs lèvres dans le verre à chaque round. On sent la prudence. Quand on me propose de boire, je lève les bras en signe d'impuissance montrant que je meurs d'envie de goûter à un mélange baijiu-vinaigre mais que j'ai les mains prises.

Après avoir fait le tour des deux pièces isolées, nous retournons dans la salle principale. La plupart des invités sont déjà partis, les serveurs sont en train de ramasser la vaisselle sale. Seuls les proches amis et la famille (3 tables sur 40) sont encore là. Bizarre de filer en douce à un mariage à 13h30 pendant que la mariée est dans la pièce à coté et après s'être empiffré sans rien écouter. La mariée boit encore deux-trois verres avec les tables restantes.

C'est à ce moment là seulement, vers 14h00, que j'ai pu aller m'asseoir à une table et finir gloutonnement les restes comme si on ne m'avait pas nourrie depuis une semaine (ce qui était presque le cas, avouez-le). Et enlever sous la table les chaussures à talons que je portais depuis 6h du matin.

Posté par MaRong à 18:15 - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur A table !

    Abstinence

    Après le très célèbre "pas de bras, pas de chocolat", on peut désormais ajouter: "pas de mains, pas de vin"!!!

    Posté par Caillou, 05 juillet 2009 à 18:44 | | Répondre
  • Je crois avoir trouvé une signification à ta photo...
    Quand je vois toutes ces photos, ça me donne l'impression d'être encore sous morphine ! bisous

    Posté par Ellebasy, 05 juillet 2009 à 22:18 | | Répondre
  • j'ai un doute...

    sur l'origine des "larmoyances" de certaine brochette de cousines ! la bouffe est trop épicée, pi c'est tout !
    Tiens, c'est pas mon mariage, mais mon anniv ! (on fait ce qu'on peut)...j'me sens assez de sortir les raviolis!

    Posté par Tom, 06 juillet 2009 à 00:36 | | Répondre
  • Ah ah ! Caillou ! Excellent !
    Ellebasy : ça fait ça la morphine ? On voit la vie en rose... froufrouteux ?
    Tom : joyeux anniversaire ! Choisis les raviolis au porc et à la coriandre, c'est les meilleurs !

    Posté par MaRong, 06 juillet 2009 à 09:29 | | Répondre
  • Merci !!!

    Le plus drôle, c'est que j'avais oublié cette histoire, et que, ce soir, rentrant de la boutique bio où je travaille, je me suis ramené (après un célèbre: "qu'est ce que je vais manger, ce soir ?")
    ...des raviolis !!! (j'en mange deux fois l'an...Les années bisextiles..) . Aux légumes et tomates confites, mais bon...
    Cela dit, le mariages de """l'Autre""", nous fait toujours rire, c'est de toute façon, une étrange blague, un drôle de théâtre, et l'adulte retombe en enfance, avec un prétexte: c'est pas moi, c'est l'Mariâââge !!!...les mariages ont toujours cette espèce de boursoufflure de champignon: en chine, comme partout !

    Posté par Tom, 07 juillet 2009 à 02:28 | | Répondre
Nouveau commentaire